Nouvelles fraîches | Lundi 19 octobre 2015

L’AIB demande sa reconnaissance en tant qu’interprofession agricole

L’association interprofessionnelle de la banane (AIB) a tenu récemment son assemblée générale. Elle a adopté l’évolution de ses statuts pour les adapter à l’évolution du droit des associations. Elle a également validé son plan d’action pour les années 2016, 2017 et 2018 et a voté le principe d’un financement par le biais d’une cotisation volontaire. Cette dernière est appelée à évoluer vers une CVO (cotisation volontaire obligatoire) une fois que l’AIB sera reconnue en tant qu’interprofession agricole. Cette demande de reconnaissance va prochainement être portée auprès des pouvoirs publics.

Légère hausse du fret pour les produits agricoles et agroalimentaires

Les prix du transport de fret ont des évolutions contrastées au deuxième trimestre 2015 indique le service de statistiques du ministère des transports. Les prix du transport aérien et du transport fluvial sont les plus stables (respectivement – 0,4 % et + 0,2 %). Les prix du transport ferroviaire (- 0,9 %) et du transport maritime (- 2,3 %) continuent de se modérer tandis que ceux du transport routier (+ 1,0 %) se réorientent à la hausse. Le prix du transport fluvial des produits agricoles est en hausse de 1% au national et à l’international. Le prix du transport routier des produits agroalimentaires est également en hausse de 1%.

Bel été pour le melon français

L’été a été chaud et les Français ont consommé du melon. « La hausse du volume des achats est de 9% par rapport à 2014 entre mai et août, et de 8% en valeur, avec une baisse moyenne du prix à l’achat de 1%, toujours sur la même période. Au total, sur trois ans, la consommation en valeur a progressé de 3 % » indique la section interprofessionnelle de première mise en marché (SIPMM) melon.

Budget 2016 : la FNEDT fait repousser une hausse des seuils fiscaux

A l’occasion de la discussion budgétaire, plusieurs amendements visaient à relever les seuils fiscaux des activités complémentaires des exploitations agricoles. Ainsi, un premier amendement proposait de passer de 50 000 à 80 000 euros le seuil de déclaration du chiffre d’affaires lié à une activité commerciale dans le régime des bénéfices agricole. « Cette manipulation de seuil met en danger les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers (ETARF), notamment les 14 000 entreprises qui ont un chiffre d’affaires inférieur à 100 000 euros », a estimé Gérard Napias, président de la FNEDT, la fédération nationale entrepreneurs des territoires. « Un certain nombre de concurrents – artisans, commerçants des branches d’activités concernées – commencent à se faire entendre, car ils voient là une concurrence déloyale très fâcheuse » a pour sa part déclaré en séance François André, député (PS) d’Ille et Vilaine. Les amendements ont tous été repoussés.

Categorie: Nouvelles fraîches