Nouvelles fraîches | Lundi 1 février 2016

France Endive se retire de Perle du Nord

La coopérative France Endive a envoyé sa lettre de « démission contrainte » à l’Union Perle du Nord compte tenue de « l’attitude délétère » à son encontre. Cette décision a été prise à l’unanimité du conseil d’administration et à l’unanimité des producteurs réunis en réunion d’information extraordinaire et convaincus par les critères économiques. Elle sera effective le 31 août 2016.

La DGCCRF constate un taux de 11,7 % d’anomalies dans le commerce des fruits et légumes

La DGCCRF a vérifié la conformité des fruits et légumes et les informations délivrées au consommateur sur le lieu de vente.
Les contrôles effectués ont révélé un taux d’anomalie de 11,7 % indique la direction des fraudes. Les principaux manquements, relevés essentiellement au stade de la distribution, ont concerné le marquage des produits : défaut d’affichage de prix, absence ou indication erronée de la catégorie ou du calibre, absence ou indication erronée de l’origine (francisation des produits dans certains cas ou mise en avant abusive de production locale), défaut de tarage des balances » constate la DGCCRF qui a également relevé des manquements en matière de facturation (achats sans facture ou factures incomplètes). D’autres infractions ont été constatées comme l’utilisation abusive de la qualité de producteurs ou des ventes illicites sur le bord des routes. 8616 établissements ont été visités (soit plus de 44 000 actions de contrôles). L’enquête a donné lieu à la rédaction de 2 253 avertissements, de 338 constats de non-conformité et de 466 procès-verbaux. « Les anomalies constatées lors de cette enquête justifient de maintenir une pression de contrôle régulière et ciblée » conclut la DGCCRF.

La FNPF en faveur du stockage du CO2

A l’occasion du congrès de la FNPF qui s’est tenu les 27 et 28 janvier à Agen, son président Luc Barbier a évoqué le projet 4/1000 de stockage de carbone par les sols agricoles. Se basant sur des études récentes, il considère qu’un hectare de verger est en mesure de stocker 11 tonnes de CO2 par an (soit 8/1000). « L’enjeu est de dire ok, banco, on prend notre part, a déclaré Luc Barbier. Le CO2 est marchand : nous proposons de nous mettre en mode de stockage de CO2 et que la société reconnaisse que nous avons cette fonction et que l’on soit rémunéré (.) Ainsi, nous ne serons plus des ‘pollueurs’, mais des ‘dépollueurs’ ». Dans son discours, le président de la FNPF a également fait un plaidoyer remarqué pour l’agriculture familiale. « Le seul modèle qui vaille, c’est celui de l’agriculture familiale, où le décideur, c’est l’agriculteur. C’est le socle commun de notre syndicalisme ». « Pour que les citoyens vivent mieux, il faut que l’agriculture reste puissante et indépendante » a-t-il conclut.

Interfel signe un accord sur la palettisation

Après plusieurs années de discussions, Interfel vient de signer un accord sur la palettisation. Cet accord permet la valorisation de ce service. Plusieurs familles se sont déjà félicitées de cette signature. Ainsi, la Gefel « s’assurera de sa bonne application par l’ensemble des acteurs ». Elle « encourage tous ses adhérents à formaliser la valorisation de cette prestation, soit en contractualisant soit en appliquant une facturation spécifique du service de palettisation ». Pour Légumes de France, « cet accord ouvre le dialogue aux négociations contractuelles avec nos clients pour valoriser les demandes spécifiques, imposées jusqu’à ce jour aux producteurs sans contrepartie malgré les contraintes logistiques et réglementaires induites ». La fédération préconise « aux producteurs de valoriser ce service par la réalisation d’une facturation spécifique. Il est du ressort de chacun de faire vivre cet accord ».

 

 

Categorie: Nouvelles fraîches