Nouvelles fraîches | Lundi 31 octobre 2016

Guillaume Garot, président du CNA

Ancien ministre délégué aux industries agro-alimentaires, député (PS) de la Mayenne, Guillaume Garot est le nouveau président du Conseil supérieur de l’alimentation (CNA). C’est la première fois, depuis sa création en 1985, que le CNA est présidé par une personnalité politique. Les prédécesseurs de Guillaume Garot venaient du corps médical ou de la haute fonction publique. Ce conseil d’administration vient d’être entièrement renouvelé. Sa composition a été modifiée et élargie par le décret du 11 août 2016 : le conseil passe de 49 à 55 membres et un huitième collège est créé, celui des représentants de la société civile. On ne note pas de grands bouleversements dans les 7 premiers collèges, à l’exception de celui de la distribution et du commerce de gros qui obtient un siège supplémentaire (il passe de trois à quatre membres). Ce nouveau siège revient à Stéphane Layani, PDG de la Semmaris. La grande nouveauté est donc la création du collège des représentants de la société civile (il y avait déjà le collège des consommateurs). Il dispose de trois sièges : un pour une association mettant en œuvre l’aide alimentaire (il revient à un représentant des Restos du Cœur) ; un pour une association représentant les usagers des secteurs de santé (Comité Interassociatif Sur la Santé) ; et un pour une association de protection de l’environnement (France nature environnement). Le nombre de personnalités qualifiées passe quant à lui de 8 à 10 personnes. Le nombre (9) et la composition des membres de droit ne change pas. Enfin, la représentation des ministères passe de 10 à 13. Font leur entrée au CNA les représentants des ministères en charge de la cohésion sociale, de l’environnement et de l’outre mer. Bref, un CNA un peu plus vert et un peu plus politique.

Grand Est : un plan d’urgence de 5 millions d’euros pour l’agriculture

Le 27 octobre, Philippe Richert, président (LR) de la région Grand Est a annoncé un plan d’urgence de 5 millions d’euros pour l’agriculture. Cette enveloppe doit permettre à la région de « généraliser et renforcer les cellules d’accompagnement qui sont chargées de suivre et d’accompagner les agriculteurs en situation de fragilité ; de financer 1 000 audits stratégiques aux agriculteurs en situation de difficultés et accompagner le suivi des plans de redressement ; et enfin la prise en charge des frais à la charge des agriculteurs pour la mise en place de l’année blanche bancaire ».

Europe : une étude sur les effets des accords commerciaux sur l’agriculture

L’étude sur les effets cumulés des accords commerciaux sur l’agriculture de l’Union européenne devrait être présentée au prochain conseil des ministres de l’UE qui se tiendra les 14 et 15 novembre prochains. La réalisation de cette étude avait été annoncée par le Commissaire Phil Hogan les 14 et 15 novembre.

 

Categorie: Nouvelles fraîches