jeudi 22 février 2018

Visiteurs : 206 931   
TV AGRI
TV AGRI

Le Blog en campagne : et maintenant ?

Avec la qualification de François Fillon et le ‘renoncement’ de François Hollande le calendrier politique a pris un énorme coup d’accélérateur. Le quinquennat du président normal est désormais terminé. Pendant presque six mois, le pouvoir va être dans une position de faiblesse inédite. Tour de piste de la situation.

Un remaniement cette semaine

Selon le JDD, Manuel Valls devrait annoncer sa candidature à l’élection présidentielle, en passant par la casse de la primaire de la gauche, et donc quitter Matignon au plus tard mardi. Cela va entrainer un remaniement qui ne sera pas que technique. Qui sera le futur Premier ministre ? Que deviendront Stéphane Le Foll ? Ségolène Royal ? et bien d’autres…

Le Foll, le fidèle abandonné

Dans le fameux bouquin, « Un président ne devrait pas dire ça », Stéphane Le Foll était un des rares ministres (le seul ?) épargné par François Hollande (cf. notre Blog du 24 octobre). Il qualifiait son fidèle ami, collaborateur et ministre de « dernier des grognards ». Et de fait, jusqu’à la dernière minute de la dernière heure avant l’annonce du ‘renoncement’, Le Foll n’a pas cessé de mouiller sa chemise pour soutenir le président et faire part de sa certitude de sa candidature en 2017. Que va-t-il décider dans le remaniement qui s’annonce ? Rester à l’Agriculture ? Prendre un ministère plus important ? Ou se consacrer à sa circonscription sarthoise pour assurer sa réélection aux législatives de juin ? Il faut rappeler que Stéphane Le Foll a été élu député pour la première fois en juin 2012 dans la la Sarthe, dans la circonscription d’un certain François Fillon, élu depuis 1981, qui en 2012 s’était présenté, et avait été élu, à Paris. Nommé immédiatement ministre, Le Foll n’a, de fait, jamais siégé au Palais Bourbon. En pleine « Fillonmania » dans la Sarthe, son siège de député est certainement menacé.

Hasta la victoria Royal

Ségolène n’en manque pas une. Représentant la France aux funérailles de Fidel Castro, elle a cru utile de déclarer, en gros, qu’il n’y avait pas d’atteintes aux droits de l’homme à Cuba ! Il y avait un coté « Danielle Mitterrand revival » dans cette prise de parole. Le problème c’est qu’elle est le n°3 du gouvernement et qu’elle parlait au nom de la France ! Mais au fait, était-il nécessaire que la France soit présente, et à haut niveau, à ces funérailles ? Seul un autre pays de l’UE, la Grèce, a fait ce choix.

Baylet, in ou out ?

Dans l’hypothèse d’un remaniement d’envergure que faire de Jean-Michel Baylet ? Il n’a été nommé ministre de l’Aménagement du territoire et de la ruralité en février dernier que pour préparer la primaire de la gauche et faciliter la candidature de François Hollande. Maintenant que le président n’est plus candidat et que son parti, le PRG, a décidé de présenter Sylvia Pinel à la présidentielle sans passer par la case primaire, sa place au gouvernement est-elle encore utile ? Evidemment non.

Et Fillon ?

François Fillon a consacré son premier déplacement de candidat officiel de la droite et du centre à son département de la Sarthe. Et notamment au monde agricole et rural. Il a visité une exploitation et a déjeuné avec des agriculteurs. A cette occasion, il a fait part de sa volonté de relancer « le dynamisme de l’économie rurale et en particulier de l’agriculture ». Selon la presse, on devrait connaître son équipe de campagne, et donc son ‘référent’ pour l’agriculture, la semaine prochaine.

Dupont-Aigan et Le Pen au salon du cheval

Au moins deux candidats déclarés à l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan et Marine le Pen, ont visité le salon du cheval la semaine dernière. On a même vu la présidente du Front national en selle. Nicolas Dupont-Aignan doit annoncer les 100 premières mesures de son projet présidentiel ce mercredi 7 décembre.