vendredi 23 août 2019

Visiteurs : 359 569   

Parlement européen : l’extrême droite pourrait prendre la présidence de la ComAgri

La première session plénière du Parlement européen issu des élections de mai 2019 va se tenir cette semaine du 2 au 4 juillet à Strasbourg. Les partis se sont ‘partagés’ les présidences des commissions. Celle de l’agriculture pourrait revenir à l’extrême droite.

La constitution du nouveau Parlement se fera le 2 juillet. Le 3 juillet, ce sera le jour de l’élection du président, puis des 14 vice-présidents. Les 5 questeurs seront désignés le 4 juillet. Le PE se prononcera sur la composition numérique des commissions et sous-commissions permanentes le 3 juillet. Les nominations des membres des commissions seront annoncées le même jour. Les présidents et vice-présidents des commissions et sous-commissions seront élus lors des réunions constitutives prévues le 8 juillet à Bruxelles.
Selon l’accord politique entre les groupes, le groupe Identité et démocratie ( ID ) comprenant notamment La Ligue de l’Italien Matteo Salvini et le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, obtiendrait la présidence de deux commissions, celle de l’Agriculture et celle des Affaires juridiques. « Mais les Verts, les socialistes et les centristes de Renaissance semblent décidés à s’opposer à ces nominations » indique Les Echos (27 juin). Premier groupe, le PPE obtient 7 présidences : les Affaires étrangères, la Culture, le Développement, l’Industrie, les Affaires constitutionnelles, les Pétitions et les Contrôles budgétaires. Les sociaux-démocrates présideront quatre commissions (Affaires économiques, Commerce international, Libertés civiles, Droits des femmes et Égalité des genres) et la sous-commission des Droits de l’homme. Le groupe Renew Europe (dont LREM) obtient deux présidences de commissions (Environnement, Pêche) et la sous-commission à la Défense. Le Français Pascal Canfin devrait être élu à la présidence de la commission Environnement.
Les Verts obtiennent la présidence de la commission du Marché intérieur et celle du Transport. Le groupe des conservateurs et réformistes (ECR, dont le PiS polonais) aurait deux présidences : la commission de l’Emploi et celle des Budgets. 
Quelles seront les conséquences pour la future Pac, si la présidence de la commission Agricole revient réellement à ID ? Il est nécessaire de rappeler que dans son programme pour les élections européennes, le RN proposait « d’arrêter la PAC ». Il souhaite « qu’une grande Politique agricole française se substitue à la PAC ». Peut-on confier la commission Agricole à un parti anti-Pac ? OM