samedi 7 décembre 2019

Visiteurs : 399 554   

Nouvelles fraîches

Encore un amendement imbécile contre les fruits et légumes

Vous avez aimé les débats sur la loi Egalim, vous allez adorer ceux sur le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Le texte a déjà été adopté par le Sénat. Il arrive ces jours-ci à l’Assemblée nationale. Et à peine déposé sur le bureau de l’AN que le festival des amendements s’est ouvert. Et, comme aux plus beaux jours d’Egalim, l’imagination de nos députés est sans limite. Nous allons évoquer qu’un seul sujet, celui de l’emballage des fruits et légumes frais. Plusieurs amendements ont été déposés. J’en ai compté une demi douzaine. Mais le plus sérieux est le  CD669 présenté par Grazziela Melchior, député (LREM, Finistère), rapporteur pour avis au nom de la commission des affaires économiques. Il propose d’insérer un article additionnel après l’article 10. Cet article dispose que « Tout commerce de détail exposant à la vente des fruits et légumes frais non transformés est tenu de les exposer sans conditionnement composé pour tout ou partie de matière plastique.« L’obligation fixée au premier alinéa du présent II n’est pas applicable aux fruits et légumes conditionnés par lots de 1,5 kilogramme ou plus ainsi qu’aux fruits et légumes présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac dont la liste est fixée par décret. ». Cet amendement est ‘sérieux’ car il a toutes les chances d’être adopté puisqu’il a été déposé par le rapporteur, et qu’il aurait le soutien du ministère de la Transition écologique. Ce serait la fin des barquettes de tomates cerises, des avocats mûrs à point, de la Fraîch découp’. Mais surtout, c’est un coup dur porté à la distribution de fruits et légumes frais. A Interfel, on ne cache pas sa colère. Colère renforcée par le fait que l’interprofession a été auditionnée par la commission peu de temps avant le dépôt de ce texte, et qu’elle n’a pas été interrogée sur ce projet. Colère enfin parce-que 70 % des fruits et légumes sont vendus en vrac. Ce qui est loin d’être le cas des autres produits frais.

Le loup se rapproche de Bordeaux

« Un grand canidé a été pris en photo, trottant à proximité de parcelles de vigne sur la commune de Saint-Thomas de Conac » (à 85 km de Bordeaux) écrit joliment la préfecture de Charente-Maritime dans un communiqué daté du 21 novembre. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage a authentifié l’animal comme étant un loup gris (Canis lupus lupus). « Cet évènement est à rapprocher (.) de la découverte de brebis mortes il y a une quinzaine de jours » sur une ferme bio poursuit le communiqué. La présence du loup en région Nouvelle-Aquitaine est, à ce jour, qualifiée d’ « occasionnelle ». Il a été vu dans les Pyrénées-Atlantiques et en Dordogne.

Manifs : les tracteurs sont de sortie

Le 14 novembre, 3500 tracteurs ont bloqué Hambourg (Allemagne). La ville recevait la conférence des ministres de l’environnement des Länder. Cette semaine, le 27 novembre, plus de 1000 tracteurs doivent, à l’appel de la FNSEA et des JA, converger vers Paris. Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une mobilisation nationale destinée à exprimer le « ras-le-bol » des agriculteurs. D’autres formes d’actions sont attendues dans le reste du pays.

Taux d’alcoolémie : nous n’avons rien compris

Dans un communiqué, le ministre de l’Agriculture tient à préciser qu’il « n’a jamais exprimé le fait de vouloir changer la législation actuelle qui précise un taux autorisant 0,5g/l de sang ». Reprenons ses propos sur RTL le 17 novembre. Question du journaliste : « Pour ou contre zéro gramme d’alcool au volant ? ». Réponse du ministre : « Pour. Lorsqu’on conduit on ne doit pas boire ». Nous n’avons vraiment rien compris.

Et aussi :

  • la fédération du commerce associé (FCA) qui réunit notamment les enseignes U, Intermarché et Leclerc doit prochainement rejoindre Interfel.