dimanche 16 février 2020

Visiteurs : 420 163   
medfel2020

Nouvelles fraîches

La succession de Claude Cochoneau se prépare

Le Code rural donne deux mois aux Chambres d’agriculture pour élire un nouveau président en cas de vacance du poste. Claude Cochonneau étant décédé le 22 décembre, le délai de vacance court donc jusqu’au 22 février, soit le jour d’ouverture du SIA. Le bureau actuel a décidé d’anticiper face à cette contrainte calendaire. Une session extraordinaire est convoquée le 29 janvier. Auparavant, le 20 janvier, aura eu lieu une session extraordinaire de la chambre d’Agriculture des Pays de la Loire dont Claude Cochonneau était également président. C’est le premier vice-président, François Beaupere, agriculteur en Maine-et-Loire qui devrait prendre la présidence de la chambre régionale. Au niveau national, Sébastien Windsor, actuel premier vice-président serait élu président, Christine Valentin, actuellement vice-présidente, deviendrait première vice-présidente, et François Beaupère, déjà membre du bureau deviendrait vice-président. Enfin, Sébastien Windsor quitterait ses fonctions de président de l’Acta. C’est Anne-Claire Vial, présidente d’Arvalis, qui deviendrait présidente de l’Acta.

ZNT : le monde agricole en ordre dispersé

Les ZNT font l’unanimité contre elles. Mais, malgré la menace qu’elles font peser sur des milliers d’hectares, les agriculteurs réagissent différemment. La FNSEA a demandé un « moratoire ». Sans réponses du ministre, la Fédération, et les JA, annoncent des actions « dans les prochains jours ». Le blocage de stations d’épuration est envisagé. « L’épandage des boues des citadins est un service rendu gratuitement par les agriculteurs » rappelle Christiane Lambert. De son côté, la Coordination rurale envisage de prendre la voie juridique. Elle a fait part de son intention de « déposer un recours en référé devant le tribunal administratif. ». Dans les régions, de nombreuses filières, viticoles et arboricoles notamment, envisagent sérieusement de saisir la justice (comme nous l’avons déjà évoqué, cf. notre Blog du 8 septembre 2019). Juristes et avocats planchent sérieusement sur la notion d’expropriation de fait que constitueraient ces ZNT. Un seul chiffre pour conclure : en Champagne, 3 % du vignoble serait impacté par ces ZNT. Soit 1000 ha. Quand on sait que le prix moyen de l’hectare de vignes en Champagne est de 1 million d’euros, cela ferait 1 milliard de dédommagement pour ce seul vignoble !

Le modèle agricole français « est arrivé à bout de souffle », Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique

« Produire autrement, c’est aussi changer de modèle agricole, a déclaré Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, le 17 janvier, à l’occasion de ses vœux à la presse. Ce n’est pas céder à un quelconque bashing que de le dire : ce modèle a eu ses vertus mais est arrivé à bout de souffle, il bouscule la nature et enferme tellement d’agriculteurs dans une impasse. Un autre modèle est possible, les faits sont là, de plus en plus d’agriculteurs le revendiquent et s’engagent sur cette autre voie, avec moins d’intrants, plus de qualité, une proximité retrouvée avec les consommateurs, et des revenus au rendez-vous. La future Politique agricole commune constitue un levier essentiel : je souhaite qu’elle intègre davantage encore la reconnaissance des exigences environnementales ». Transmis à ceux qui douteraient encore que la politique agricole de notre pays n’est plus gérée rue de Varenne.