mercredi 8 avril 2020

Visiteurs : 428 279   
medfel2020

Au fil du SIA

La 57ème édition du Salon international de l’agriculture a été amputée d’une journée pour cause de coronavirus. Une grande première dans l’histoire du salon.

Un salon exceptionnel qui ne fait pas exception

« Le SIA a fermé ses portes à 19 heures de façon à respecter les consignes. Cette décision de fermeture nous touche tout autant que vous. Mais si ce salon est exceptionnel, il ne fait pas exception ». Il est 19h20 environ samedi 29 février. Jean-Luc Poulain, président du Ceneca, s’adresse ainsi aux exposants. La nouvelle avait été annoncée en début d’après-midi par Olivier Véran, ministre de la Santé, qui s’exprimait à l’issue du Conseil de défense, puis du Conseil des ministres, convoqués le matin même par le président de la République. Cette décision, si elle n’était pas forcément attendue, était redoutée. En visite au SIA le lundi précédent, le 1er ministre Edouard Philippe avait indiqué que si cela s’avérait nécessaire, il n’hésiterait pas à fermer le salon. On a perdu un jour, cela aurait pu être bien pire.

Baisse du nombre de visiteurs

Avec une journée en moins, le SIA 2020 a fermé ses portes sur une baisse du nombre de visiteurs : 482 221 visiteurs en 2020 (sur 8 jours) contre 633 213 en 2019 (sur 9 jours). En moyenne, il manque environ 10 000 visiteurs par jour par rapport à 2019. Evidemment, le fait que les Parisiens aient repris l’école le 24 février a certainement joué. Est-ce que la crainte du virus a dissuadé un certain public, on ne le saura jamais. En revanche, il ne semble pas que l’ambiance détestable d’agribashing ait dissuadé le public. Le climat était tout aussi joyeux, bon enfant, que d’habitude, avec des échanges chaleureux avec les agriculteurs. Tant mieux.

Chirac forever

Les organisateurs ont tenu à rendre hommage à Jacques Chirac, décédé le 26 septembre dernier, qui aura marqué l’agriculture française, et singulièrement le salon de l’agriculture. Avec 39 visites officielles homologuées, en tant que ministre de l’Agriculture, Premier ministre, maire de Paris, président de la République, et ancien Président, Chirac connaissait ce salon par cœur. L’hommage organisé, si c’était une bonne idée, était modeste. 6 grandes photos et c’est tout. Bon, c’est l’intention qui compte.

« C’est quoi ce truc ? » « C’est une c… ! »

Le premier jour du salon, Emmanuel Macron a déjeuné avec les présidents des interprofessions. Interpellé sur l’interdiction, au 1er janvier 2022, des emballages plastiques de moins de 1,5 kg pour les fruits et légumes frais, le Président s’est tourné vers son ministre de l’Agriculture. « C’est quoi ce truc ? » « C’est une c… » aurait répondu Didier Guillaume. Ce « truc », c’est un amendement voté par les députés LREM dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. La filière fruits et légumes frais a dénoncé, à l’occasion d’une entrevue ‘serrée’ avec Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, sur le salon « un Ovni législatif » pris « sans aucune concertation ». Une décision d’autant plus incompréhensible que, selon nos informations, elle a été combattue en interministérielle par les ministères de l’Agriculture, de l’Economie et par Matignon. Après l’expression de la colère, l’heure est à la rédaction du décret qui pourrait atténuer la portée de cette mesure absurde. Ce qui serait une bonne chose, car les pays exportateurs de fruits et légumes (membres de l’UE ou pays tiers) étudient la possibilité d’engager une action à Bruxelles contre la France.

L’agriculture ultramarine confortée

« Les professionnels de l’Outre-Mer se sont battus pour maintenir l’office et qu’il ait un rôle beaucoup plus large notamment pour conforter les filières de production ». Président de la Chambre d’agriculture de Martinique, et président du conseil d’administration de l’Odeadom, Louis-Daniel Bertome se félicite du rebond accordé à l’Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer, qui a bien failli disparaître en 2019. Depuis, un nouveau directeur, Jacques Andrieu, a été nommé. Le poste de délégué interministériel à la transformation agricole en Outre-mer a été créé, une fonction confiée à Arnaud Martrenchar. Sans nul doute, le pouvoir actuel a changé son regard sur les agricultures ultramarines, un changement qui a été concrétisé par le discours d’Emmanuel Macron à La Réunion en octobre 2019. Il a fixé l’objectif de l’autonomie alimentaire (pour les productions pouvant être produites localement) en 2030 et débloqué une enveloppe de 45 millions d’euros. Pour marquer ce tournant, les professionnels agricoles des Outre-Mer ont été invités à l’Elysée la veille du salon. Retenu à Bruxelles par le Conseil européen, Emmanuel Macron s’est adressé à eux par vidéo.

Lancement d’une nouvelle variété de banane bio et française

La filière banane de Guadeloupe et Martinique (UGPBAN) a annoncé le lancement commercial d’une nouvelle variété de banane, baptisée « Pointe d’Or ». Cette variété, obtenue, par croisement, par le Cirad, a la particularité de résister naturellement à l’une des principales maladies du bananier, la cercosporiose noire. Elle sera commercialisée dans les magasins Carrefour Bio. « Ce que nous vivons là, c’est une révolution dans l’histoire de la banane mondiale » a déclaré Eric de Lucy, président de l’UGPBAN. 1000 tonnes devraient être commercialisées en 2020, puis 2000 tonnes en 2021. L’UGPBAN a également signé une Filière qualité Carrefour avec l’enseigne.

Récolté dans les allées :

  • au moins trois membres actuels du bureau de la FNSEA ne seront pas candidats à leurs successions après le prochain congrès (du 31 mars au 2 avril à Niort, dans les Deux-Sèvres) qui sera électif. Il s’agit de Daniel Prieur, secrétaire général adjoint ; de Philippe Pinta, trésorier, et de Robert Verger, membre du bureau ;
  • Isabelle Chmitelin va quitter la direction du cabinet de Didier Guillaume annonce Contexte Agro (26 février). Elle va prendre la Direction de l’enseignement agricole (DGER) au ministère de l’Agriculture. Selon nos informations, c’est Béatrice Frécenon, actuellement directrice adjointe de cabinet, conseillère stratégie et politique, en charge des relations diplomatiques qui deviendrait Dir’Cab’. Isabelle Chmitelin a été nommée directrice de cabinet de Didier Guillaume le 13 mai 2019 en remplacement de Jacques Billant. Son successeur sera donc le 3ème Dir’Cab’ du ministre ;
  • cette anecdote en dit long sur les méthodes de certaines ONG environnementalistes : je suis interpellé, mon badge presse étant très visible, par une personne qui se présente comme un journaliste de France Télévisions et qui me demande un renseignement que je lui donne volontiers. Cela se fait entre confrères. Or le gars n’était absolument pas journaliste. Il s’agissait de William Burkhardt, co-fondateur de DxE France, une des organisations les plus actives et les plus extrémistes dans l’agribashing. C’est bizarre, je n’aime pas qu’on me prenne pour un … ;
  • l’audience devant la Cour d’Appel de Paris dans le dossier Autorité de la concurrence/filière endive a bien eu lieu le 13 février. Le délibéré a été fixé au 29 octobre ;
  • le prochain congrès ‘ultramarin’ de Légumes de France aura lieu en Guyane en 2022.

OM