lundi 30 novembre 2020

Visiteurs : 464 257   
medfel2020

Michel Bru n’est plus

Journaliste, spécialiste des questions agricoles (et notamment arboricoles et viticoles), Michel Bru est décédé le 18 octobre.

Depuis hier, je cherche le jour de notre première rencontre et surtout quand a démarré notre collaboration et notre amitié, à moins que ce ne soit l’inverse… C’est comme si dès le premier contact, il était évident que nous étions fait pour nous entendre. Pourtant, il était déjà un journaliste confirmé et respecté dans la filière fruits et légumes, alors que je débutais à Fld hebdo et que je ne connaissais rien, ou presque, à ce secteur. C’est grâce à lui, et à Catherine Brunner (elle aussi partie trop tôt), que petit à petit, j’ai découvert cette filière, ses productions, ses femmes et ses hommes. Le nombre de gens que Michel m’a fait rencontrer est incalculable. Dans un salon, il y avait toujours un moment où il s’approchait en me disant « Viens, il faut que je te présente quelqu’un ». Grâce à lui, j’ai découvert le Miffel, le Sifel, le Sival. J’ai compris que ces salons ‘techniques’ n’étaient pas que de l’exposition de machines, de matériels, de semences, de produits de traitements des cultures, mais qu’ils étaient des rendez-vous importants pour une filière, des lieux de rencontres, d’échanges, d’amitiés où la presse économique se devait d’être présente. Ensemble nous avons fait de beaux salons, montés de belles opérations comme le Quotidien du Miffel, la participation aux Sival d’Or. Il y a eu aussi Fruit Logistica où l’espace commun, qu’au fil des participations, nous avions développé autour de Fld, avec Réussir Fruits et Légumes, Fruitrop, … était devenu, sans fausse modestie, le lieu de toutes les rencontres au sein du Pavillon France. Et puis il y a eu l’aventure Medfel. Car il s’agit bien d’une aventure. Michel était depuis longtemps (depuis le début peut-être) un pilier d’Europech’. Il m’avait évidemment entrainé dans ce forum de prévisions des fruits d’été. Quand Chantal Passat, de Sud de France, s’est approchée de nous pour réfléchir à l’évolution à donner au forum, l’idée d’un salon s’est rapidement imposée. C’était l’époque des grands projets autour de l’Euroméditerranée et nous pensions que la filière des fruits et légumes avait un rôle à jouer dans le rapprochement des deux rives (et nous le pensons toujours). Bien qu’originaire d’Agen, Michel était un passionné, un amoureux de la Méditerranée, de ses civilisations, de ses cultures, de son agriculture. Alors, l’aventure Medfel lui convenait parfaitement. Pour le premier Medfel, nous avions été tous les deux à Zagreb pour rencontrer Predrag Matvejevitch, l’auteur du Bréviaire méditerranéen. Il sera le premier conférencier du premier Medfel.
Michel était aussi un passionné de rugby, de l’époque où la troisième mi-temps comptait autant, si ce n’est plus, que les deux premières.
Michel était têtu, obstiné, résolu dans tout ce qu’il entreprenait. Nous étions nombreux à penser qu’avec son entêtement, sa volonté, il finirait par faire entendre raison à la maladie.
A Anne-Solveig, à leur petit Mathurin, à nous tous ses amis, de continuer ce qu’il a entrepris, et même ce qu’il n’a pas eu le temps d’entreprendre. Que Michel soit fier de nous. Il le mérite car il était ‘une belle personne’.
C’est dans la région de Sète qu’il avait choisi de s’installer. C’est à Sète qu’est amarré son ‘pointu’, son bateau dont je ne pourrais plus me moquer. Il aimait beaucoup Sète et son poète. Alors, laissons la parole à Georges Brassens :
« Au rendez-vous des bons copains,
Y’avait pas souvent de lapins,
Quand l’un d’entre eux manquait a bord,
C’est qu’il était mort.
Oui, mais jamais, au grand jamais,
Son trou dans l’eau n’se refermait,
Cent ans après, coquin de sort ! 
Il manquait encor. »

A Dieu Michel,
OM

A nos lecteurs : Pas de Blog la semaine prochaine. Retrouvons-nous le 2 novembre.