mardi 13 avril 2021

Visiteurs : 491 377   

Nouvelles fraîches

CESE : baisse de la représentation agricole
Le nombre de représentants du monde agricole pourrait passer de 24 actuellement, à 15 dans le futur CESE réformé. C’est ce que préconise le rapport « Pour un nouveau CESE » remis au Premier ministre le 5 mars. Dans le détail, la FNSEA aurait 6 sièges (contre 9 actuellement), les Chambres d’agriculture 4 (7), les JA 1 (2), la CR 1 (=), la CP 1 (=), la MSA 1 (2), et Coop de France 1 (2).Le nombre total de conseillers représentants le monde de l’entreprise, dont fait partie l’agriculture, va passer de 73 à 52. Dans le même temps, le collège « Protection de la nature et de l’environnement » passerait de 18 à 26 membres, soit une augmentation de 44%, alors que le nombre total de membres du CESE doit lui passer de 233 à 175 (- 10 %). Bref, le Conseil économique , social et environnemental va devenir de moins en moins économique et de plus en plus environnemental.

(Mauvaise) Humeur

Depuis un an, j’ai fait très attention de ne pas donner mon avis, de ne pas palabrer, de ne pas caféducommerce sur la crise sanitaire. Les donneurs de leçons, les sachants, les Yaqua faut qu’on, les docteurs Diafoirus sont suffisamment nombreux. Pas la peine d’en rajouter. Alors pourquoi aujourd’hui. Le ras-le-bol est là, c’est évidement. Je suis furieux, en colère par rapport à la gestion, ou plutôt la non gestion, de ce bazar. C’est certain. Mais ça ne date pas d’hier. Le fait déclencheur de ce coup de G… c’est la pub, mièvre et mal faite, sur la vaccination. Mais Macarel (c’est un joli gros mot aveyronnais que l’on peut utiliser sans paraître grossier), le problème ce n’est pas de trouver des candidats au vaccin, c’est de trouver des vaccins. Cette pub entre l’appel d’offre, la création, le tournage et les achats d’espace, doit couter plusieurs centaines de milliers d’euros. A 10 euros la dose de vaccin (moyenne haute) ; c’est plusieurs dizaines de milliers de doses. Cherchez l’erreur !!!

Récolté dans la presse

« Les fonds activistes anglo-saxons continuent de réclamer la tête du président (de Danone) et, surtout, une profonde « purge » de l’entreprise, pour dégager une plus forte rentabilité » écrit Pierre Pagesse, ancien président de Limagrain et du Gnis, fondateur du Mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture – Momagri, (et actuel président de la Revue Paysans et Société) (le Monde, 8 mars). « Le débat autour de la personnalité d’Emmanuel Faber a masqué les véritables enjeux de ce rapport de force, où la pression financière risque de faire primer ses intérêts à court terme sur ceux du groupe et, au-delà, sur ceux de notre pays. Que veulent finalement ces fonds activistes ? Accroître la rentabilité du groupe et faire flamber son cours en Bourse. Ce qui impliquerait, selon eux, que Danone se sépare de plusieurs de ses activités historiques, mais pas assez juteuses » poursuit-il. Ce lundi matin, on apprenait qu’Emmanuel Faber était dégagé, et que l’action Danone gagnait 5 % !

International

  • le poivre de Kampot est la première indication géographique du Cambodge, obtenue au titre de l’Acte de Genève de l’Arrangement de Lisbonne. La production de ce poivre n’a fait que croître depuis 2010 passant de 10 à 290 ha, et de 118 à 455 exploitations productrices (source : service économique régional de Singapour, Ambassades de France à Hanoï et Singapour) ;
  • l’UE proroge de six mois supplémentaires, jusqu’au 15 septembre 2021, les sanctions, contre la Russie, liées à l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine.

Et aussi

  • le groupe de travail sur les agriculteurs en situation de détresse du Sénat va présenter son rapport, rédigé par Henri Cabanel (Rassemblement Démocratique et Social Européen, Hérault ) et Françoise Férat (Union Centriste, Marne), ce mercredi 17 mars ;
  • la mission d’information « La méthanisation dans le mix énergétique :enjeux et impacts » organise le 16 mars une table ronde avec les professionnels des énergies renouvelables, et le 17 mars avec des représentants des industries gazières ;
  • la mission d’information sur l’enseignement agricole du Sénat auditionnera le 17 mars Dominique Ravon, président et Roland Grimault, directeur de l’Union nationale des maisons familiales rurales d’éducation et d’orientation (UNMFREO), puis Jean Salmon, président et Philippe Poussin, secrétaire général du Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP).