lundi 29 novembre 2021

Visiteurs : 551 799   

Le Blog en campagne

La politique de l’émotion

En France, la règle générale stipule que les défunts, si le choix retenu est la sépulture, sont inhumés dans un cimetière. L’inhumation sur un terrain privé n’est possible qu’en cas de rares exceptions autorisées par le Préfet de Région. Point. Il existe par ailleurs des cimetières animaliers, le plus souvent privés, ou parfois gérés par des associations comme la SPA. Il n’y a aucun lien possible entre les deux. Et on ne peut pas se faire enterrer avec son chien, son chat, ou son poisson rouge, dans un cimetière municipal, ou dans un cimetière animalier. RMC a récemment rapporté l’histoire d’une dame qui n’a pas pu enterrer sa maman avec son chien. Triste. Mais Dura lex, sed lex. Fin de l’histoire ? Non. Le député (LREM, Alpes-Maritimes), Loïc Dombreval, vétérinaire de profession, a posté ce tweet : « On doit pouvoir être inhumé aux côtés de son animal de compagnie si on le souhaite. Cette demande touchante est de plus en plus fréquente en France où l’animal est devenu un membre de la famille. Je vais déposer une proposition de loi en ce sens ». A force de faire des lois sectorielles, pour des ultra-minorités, pour résoudre des cas particulier, on oublie l’essence de la démocratie et de la loi : défendre l’intérêt général.

Et aussi

  • président sortant de la CCI des Landes, et vice-président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, François Lafitte es candidat pour un nouveau mandat. Il est tête de la liste « Entreprendre pour les Landes » pour les élections de la CCI des Landes et de la CCI Nouvelle Aquitaine, qui se dérouleront du 27 octobre au 9 novembre prochains ;
  • l’eurodéputé français Stéphane Séjourné (LREM) a été élu ce mardi président du groupe Renew Europe au Parlement européen. Il succède à Dacian Ciolos.