Aprifel veut valoriser la consommation des f&l pour la prévention des maladies non-transmissibles

« Une faible consommation de fruits et légumes constitue le principal facteur de risque alimentaire dans le développement des maladies non-transmissibles